Hathors's blog

Une egyptienne qui s'aventure dans le royaume des blogs ... Des avis , des pensees, des reflexions personelles de mon quotidien et de mon veccu alors on verra comment ca va se paufiner au fur et a mesure!.Ici j'adhere pas a coluche lorsqu'il a dit : "Je suis large d'esprit et n'admets pas qu'on dise le contraire" Vos commentaires seront toujours les bienvenus.

samedi, septembre 09, 2006

Un autre secret au pied d'un Baobab

Je me rappelle encore comme si c'était hier, de cette balade en fin d’après midi au Sénégal dans la région du Siné Saloum. Avec mon amie ‘S’ nous avons assisté à un des plus beaux coucher de soleil entre palétuviers et mangroves jalonnants les rives du fleuve 'Saloum', et surtout avec ces multitudes d'oiseaux sauvages et colorés qui regagnaient à la fin de cette journée leurs nids abrités dans les feuillages de fromagers géants, de baobabs et de manguiers.

N’ayant pas envie de rentrer tout de suite , on s’est installées sur l’herbe frais au pied d’un énorme baobab sans âge, pour papoter de tout et de rien comme on faisait d’habitude. Je ne sais pas pourquoi je voue une admiration particuliere à cet arbre! Dans la tradition orale de ce pays il revêt un aspect sacré*. Et la légende nous apprend qu'un jour le diable était tellement faché et tellement en colére qu'il a décidé de deraciner tout les arbres et de les replanter à l'envers, c.à.d les branches et les feuilles dans la terre et les racines en l'air, donnant ainsi naissance aux baobabs!!!


Bref, à force de refaire le monde on s’était pas rendues compte en bavardant que la nuit était déjà tombée lorsque tout d’un coup, ‘S’ arrêta de parler et leva sa tête vers le ciel en s’allongeant sur le dot dans l’herbe humide, fixant silencieusement cette magnifique voûte célèste au desssus de nous. Elle était hypnotisée par ce ciel étoilé comme si elle essayait de communier peut être avec une étoile lointaine qui l'envoûtait … Au bout de quelques minutes elle commença avec une voix détachée ce monologue tout en continuant de fixer le ciel :

'Tu sais,

Dans ce monde tourmenté

Nos vies ont basculé

Dans un gouffre sans pitié !


Car nos rêves les plus ensoleillés

D’un seul coup, se sont envolés

Devant nos yeux aveuglés

Par nos désirs demesurés...


Même nos amours tellement rêvés,

Ont disparu à peine retrouvés

Dans nos cœurs aveuglés

Par nos egos hypnotysés,

Devant des illusions masqées


D'une fausse réalité !


Dans cette course endiablée

En quête de cette fausse vérité,

Je ne voyais plus la fin à ma portée !

Seule, je me suis arrêtée essouflée,

Pour pleurer ce faux paradis enchanté

Auquel j’ai tellement espéré.


Je me suis assise au bord de la route fatiguée.

Et à travers mes larmes qui commençaient à sécher,

Je me suis aperçue de la vérité

De ma vie qui a basculé

Dans un gouffre sans pitié

Dans ce monde tourmenté’

Je me rappelle que je lui ai pas répondu, j’ai fait semblant de dormir .Mais dans ma tête il y avait cette petite voix qui lui disait : ‘ Demain S , au réveil dans ce monde ‘tourmenté’, tu reprendras obligée comme les autres, cette course endiablée ! Mais de cette nuit profites de sa sereinité et de sa quiétude pour reprendre ton souffle et tes forces pour pouvoir continuer la course jusqu’à sa fin ’

Finalement , je me suis retournée vers elle , et je me souviens lui avoir dit en souriant :
’Hé, il vaut mieux qu’on rentre ,
Car avec la nuit tombée,
j’ai nullement envie de me retrouvée,
nez à nez avec une hyéne enragée,
ou un serpent boa dans cette brousse ensorcelée
avec tout ces baobabs endiablés.’


* Le baobab revêt cet aspet sacré dans les traditions animistes au Sénégal, car jadis les griots et les trobadours , garants de perpetuer la transmission des traditions ancestrales , étaient considérés comme une caste improductive vue qu' ils ne se mariaient jamais , et n'avaient pas non plus le droit de labourer les champs!
A leurs morts,on mettait leurs corps dans les creux de vieux baobabs déséchés 'Des baobabs cimetieres' comme on les appelle, de peur de rendre la terre stérile et improductive avec leurs dépouilles.

6 Comments:

At 11 septembre, 2006 12:31, Anonymous Le Rital said...

Joli Hathor et c'est dépaysant!!
Tu dois bien connaître le Sénégal, hein? ;)

 
At 11 septembre, 2006 20:02, Blogger HATHOR said...

Oui le Rital , j'y ai sejourné plusieurs fois pour des "missions" si on peut appeler ça comme ça :)
J'ai vraiment adoré et l'Afrique noire c'est vraiment MA-gique...

 
At 12 septembre, 2006 17:10, Blogger 24Faubourg said...

très joli texte hathor :)

 
At 17 septembre, 2006 20:58, Blogger HATHOR said...

Merci chere 24Faubourg :)

 
At 30 octobre, 2006 21:57, Blogger Haroun El Poussah said...

Plus de postes?

 
At 17 mai, 2007 01:32, Blogger Hathor said...

Eh! C'est un portrait de moi, transposé derrière la photo des Baobabs au Senegal... :)

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home